saintélyon

Go to Cryo… Après la SaintéLyon2017

Hello les gainés,

Comme vous le savez j’étais sur la SAintélyon2017 en compagnie de la fabuleuse Team de la mizunorelaycup. J’ai eu la chance d’être sélectionné il y a 3 mois. Je faisais partie de la TEAM RIDER représenté par Emma CRUZ du blog emmastartingblog et de l’illustre et au combien sympathique,  notre coach Stéphane CELLE organisateur de stage trail . J’ai adoré cette équipe de part la relation qu’on a créé ensemble et de tous les conseils qu’on a eu. Merci à tous les deux

Premier rassemblement Mizunorelaycup en Octobre

On découvre la gamme trail de Mizuno fait de 2 tshirts techniques un court et un long, un legging long + un short, un coupe vent et deux paires de trails. J’ai choisit la Daichi 2 pour ma part que j’ai utilisé pendant la SAinté ! Ultra légères d’ailleurs, un peu plus que ma Mujin2. Petit Run à fourvière en passant faire un coucou à Terre de Running Lyon. Retrouvez les vidéo sur ma chaine youyou.

Deuxième rassemblement en Novembre 

Grosse reco du relais 2 qui sera mon cheval de bataille le jour J. Super sympa, on nous emmène en car, il fait frais, un peu grisou mais ça passe, on est bien, on teste le matos en vrai. On passe un super journée et les liens entre tout le monde se resserrent. J’ai adoré passer du temps à eux. D’Emilie à Emma en passant par Flo qui n’a pu être là le jour de la course à Thomas et benjamin avec qui j’ai partagé le Air B n B magnifique d’ailleurs.

LA COURSE

Après avoir passer une semaine de ouf, je fonce prendre le dernier train à Gare de Lyon pour rejoindre les copains sur place, j’arrive vers minuit et je loupe le repas avec Delphine, Tif, Emilie et Emma… pas grave. Le lendemain petit déj praluline :D. Amazain dans le Gosier avec un petit lait de soja vanille qui va bien. Une fois avoir tout manger, je me dirige avec Delph, Emma et Benj au salon pour aller voir les copains, Julien Rabier de Cestbiend’êtrebien posté sur le stand accesoires-running.com entre autres. Go to la maison pour manger un peu de féculents et hop on retourne avec La TEAM au complet au salon pour les tofs et recevoir le super cadeau Petzl  

Une fois prêt, Go to Take the Bus. Diretion Saint Etienne, la pression monte. On se cale une bouffe style pasta partie, je passe dire bonjour à Ju, Anthony que je retrouverais pour faire le relais 3 pour remplacer Antoine blessé 🙁 durant la sainté sprint. Je passe du temps avec Marine Leuleu, une amie de longue date, elle passera du temps, tout le reste du temps avant le départ avec nous. Adorable comme à son habitude. Je passe faire un coucou à ma Marie Laure la future finisheuse de SAINTELYON 72K 2017, je suis trop fier d’ailleurs. Deux clientes qui finissent coup sur coup à une année d’intervalle cette course mythique c’est trop FAT :D.

Nous voilà prêt pour assister au départ des loulous dont Emma ma machine parisienne qui bouclera le secteur 1 en 3h26. Ils Balancent le SON ET 10 9 8 7 6 5 4 3 2 1 GO c’est partie le défilé de luciole blanche démarre.

Hop hop on va chercher les affaires car y’a 1h30 debut il parait. Faut arriver avant eux. Les bus partent à la bourre et certains louperont le relais car en retard c’est le cas de Team Trail Paris emmené par Samuel Urtado patron de OSTEOYOGA qui finira malgré tout 3ème <3

——————————————-

MA COURSE

Bon j’attends jusqu’à 3h00 et des Bananes et hop ça y est c’est mon TOUR d’en découdre avec le froid, la neige et le verglas. Je me suis arraché sur le tronçon, appui fuyant, des glissades, une chute en mode câlin, Je ME SUIS ARRACHé la Gueule sur mon relais 2 St CAt à Souc en 2h25. Une fois arrivé je me pose, en faisant la pause syndicale et LA je commence à trembler en attendant Roseline, on me passe sac de couchage, couverture de survie, couette, PUTA je tremble encore je suis trempé de ouf. PAs de change vu que je devais pas rester là. 2h de galère en vu sauf que… Attend une bénévole passe par là. Elle m’a litérallement sauver le cul. Sinon je ne repartais pas pour faire le RElais 3 sensé sauver la team de tif Anto et Roro.

Comme prévu je repars vers 7h30 Rosie arrive et je repars avec Anthony de Soucieu. J’appelle La Marine pour pouvoir repartir avec elle mais malheureusement elle ne continuera pas avec nous. BRavo à elle car cette Sainté là était épique.

Bon après, un final Tranquille mon rallie cette ligne d’arrivé. J’aurais vu 44km de cette belle course. Encore Merci à toute la team MizunoRelayCup, ainsi que Pierre de Mizuno et sa collègue de nous avoir accueillit que chouchouté.

——————————–

LA RECUP

Apres être passé chez Osteoyoga et au Pilates me voilà à la CRYO

Nous y voilà, après la Saintélyon, que ce soit sur 72km, 44km ou 22km, le corps a besoin de se régénérer. Il a fait froid, nous avons couru de nuit et dans la neige, le corps a donc été mis à rude épreuve. Il va donc falloir trouver une solutions et pourquoi pas la cryo ?

Il faut trouver LE bon centre de cryo : pas facile facile vu le nombre d’enseignes qui fleurissent un peu partout en ce moment. Je tombe par hasard sur le site de Cryo78, cabinet de médecin en banlieue qui propose des séances beaucoup moins chères que sur Paris. Aller hop c’est parti pour la récup…

Rendez-vous est pris un soir, je me présente, et oui effectivement c’est un cabinet de médecin, un généraliste et un ostéo du sport, premier bon point pour moi. On me présente la cryo et on m’explique comment cela va se passer. Forcément, la course à pied arrive très vite sur le tapis, je découvre qu’ils sont tous les deux traileurs et qu’ils font des ultras, oulalalala je pense qu’ils savent très très bien ce qu’ils font et de quoi ils parlent. Je suis rassurée de ouf.

L’ambiance est familiale, même pour une première fois j’ai l’impression que c’est un pote qui me reçoit chez lui pour me faire tester la dernière innovation récup. On rigole, on rigole mais arrive le passage du questionnaire médical. Encore ici, très sérieux.

Il est temps de rentrer dans cette grosse machine… Vous pouvez choisir la température à laquelle vous voulez descendre, ils conseillent 120° pour une première fois. Après libre à vous de ne faire que 90° ou au contraire tout de suite 140°. La séance dure 3mn, et vous ne voyez pas le temps passer, avec votre pette tête qui sort du caisson, vous continuez à discuter de course à pieds, des différentes courses, on vous donne des conseils…

Après s’être littéralement gelé pendant 3 mn, sortie du caisson et 1er effet kiss cool, les jambes semblent légères et cotonneuses. Les courbatures sont endormies. Pour la récup, les effets sont quasi immédiats et plus vous venez rapidement après votre grosse séance plus les effets sont flagrants.

 

La première impression en sortant se confirme, j’ai mieux dormi, les jambes sont biens, légères et je pourrai aller courir de suite. Les effets se poursuivre depuis.

Bien évidemment, certaines personnes auront besoin de plusieurs séances pour retrouver toutes leur forme. La cryo n’est pas LE remède miracle à tous vos maux. Pour une blessure, elle vous aidera à guérir en complément du traitement médicale mais jamais elle ne vous guérira toute seule.

Pour ce qui est du centre de cryo, il en ouvre un peu partout mais je vous conseille fortement de bien vous renseigner, il n’y a pas encore de législation dans ce domaine, ce qui fait que n’importe qui sachant lire un mode d’emploi peu acheter et un caisson et ouvrir son centre de cryo. A cryo78, ils sont restés avec moi tout le long de la séance afin de réagir s’il y avait eu le moindre problème.

Ici on valide donc la cryo pour la recup après une grosse course ou alors lors de vos préparations pour vos objectifs. Elle permettra à votre corps de mieux récupérer et d’éviter les blessures. Mais je répète, elle ne remplacera jamais le traitement médical d’une blessure.

A bientôt pour d’autres aventures 😀 La Prochaine la Corrida de Noel 


Suivez-moi sur
Strava

trail

TRail DEs Chataignes : The Mud TRail l’un des plus durs d’IDF

le Mud Trail : Le Trail des châtaignes c’est la reprise 😉 

Lorène ma reporter de CHOC en CR ci-dessous

mud trail trail

Grâce (à cause de) Yoann j’ai pu participer au trail des châtaignes qui avait lieu à Argenteuil dimanche
12 novembre.

Plusieurs covoiturage se sont spontanément proposés pour nous y rendre alors j’ai sauté sur
l’occasion. Ça permet de sympathiser avec d’autres coureurs tout en respectant un tant soit peu
notre jolie planète. Bref, le RDV est fixé.Au passage, la contribution financière du covoit s’effectuera à la demande de Pascal pour une
association qui récolte des fonds « GUERIDUNCANCER » j’adoooore l’idée.

Pascal vient donc me chercher à 6h15 (aïe ça pique). Nous récupérons deux minettes sur le trajet et
nous voilà partis direction Argenteuil. Ça papotte de tout et de rien mais j’apprends surtout que le
Monsieur Pascal est un chouille plus lent que moi et que perso je suis en reprise des sorties longues
donc pas de chrono en vue. Je me propose donc de faire la course avec lui.

A l’arrivée au gymnase nous sommes dans les premiers donc la distribution des dossards est très
rapide et sans stress. On prend le temps de discuter avec les autres matinaux, nous changer,
« noker » nos petits petons et voir le gymnase se remplir peu à peu. L’organisation nous a prévenus :
le terrain sera gras.

Départ -30’, nous nous dirigeons dehors, en bas de la butte et ses quelques 350 marches (je n’ai pas
vérifié). Le coup de pistolet retenti et les plus téméraires se ruent dans les marches car il y a un défi
au sein de la course : le plus rapide en haut des marches remporte un lot (note à moi-même : ils sont
fous ces traileurs).

Pascal et moi restons au chaud dans le peloton, on ne sera pas les premiers alors autant ne pas les
gêner. C’est parti pour 16km avec 1000m de D+.
La première partie est déjà non roulante (et oui …. 1000m dur 16km tu le sens tout de suite) mais elle
est sèche du moins sur le sol car déjà nous nous couvrons en raison de la pluie. Je demeure à rythme
aisé afin que Pascal ne se mette pas dans le rouge de suite et l’attends en haut des côtes quand c’est
nécessaire.

Le chemin s’enfonce ensuite vers la forêt et là, c’est le début de la fin …. La boue est partout et en
abondance ! Mes Trabuco (asics) ne suffisent pas et je glisse à chaque pas. Ce sont parfois des
coulées que nous traversons. Un vrai bonheur !! les chutes s’enchaînent et je ne ferai pas
exceptions : 5 fois au total. Même Surya Bonali n’a pas fait mieux ! Aucune casse, Pascal et moi rions
de la situation. Lui, a sorti les Speedcross et les bâtons et il a eu raison. Les cordes destinées à nous
aider lors des côtes et descentes raides sont rendues extrêmement glissantes car pleines de boue.
Je continue de râler à chaque difficulté (je suis une fille et on dit que nous sommes des râleuses alors
j’assume) et en plus ça fait rire notre petit groupe alors je continue. Au fond de moi, j’avoue attendre
la fin du calvaire avec impatience car une sortie dans ces conditions je ne le souhaite à personne.
La montre indique 12km, la pluie s’est arrêtée. Le tracé nous laisse maintenant quelques
hectomètres par ci par là de terrain propice à de bonnes accélérations, alors j’en profite pour me
délier les jambes. Ça fait un bien fou aux jambes et à la tête.

À 14km, j’annonce à Pascal que j’accélère et le sème. 2km à bonne allure pour finir ce mud’trail. Je
passe la ligne d’arrivée en 50 e position féminine (environ). Contente de ce classement sur une sortie
effectuée sans forcer.

En attendant mon binôme lâchement abandonné, je me jette sur le ravito de fin qui est à l’image de
toute l’équipe de bénévoles : une tuerie !!! des barres, des fruits, des tucs, du chocolat et de petits
pains tout droit sortis des fourneaux. Cerise sur le gâteau : la bière à la châtaigne !!! Qui a dit que les
sportifs ne buvaient pas ? Qui a dit qu’une fille ça ne buvait pas ? Pfff

Retrouvez les aventures de Lorène

https://www.facebook.com/lorunDB/

Un Grand merci à Aurélien Collet pour cette orga, un bon kiffe pour de nombreux participants

A samedi sur la Saintélyon #mizunorelaycup

10k l'équipe

10km L’équipe caniculaire

Hey Gainé(e),

Désolé il était en brouillon, petit retour sur le 10k l’équipe Canicule du mois dernier.

Comme chaque année, il fait des émules. Tous les coureurs d’île de France s’y réunissent. On était 18000 cette année. Pour un 10k c’est énorme. Le champion France de cross long Hassan Chahdi était de la partie et même lui a souffert de la chaleur vu que la course s’est gagné en 30,48 ! Dès 9h le soleil nous matraquais la tête ! Un petit coucou à tout le monde en vidéo pour se donner la motiv d’aller au bout… Objectif : 41

10k l'équipe

On est au départ prêt à faire le boulot :

Fabrice mon lapin du jour semble un peu stressé. On est là pour aller chercher son RP. 41 ça fait peur 1 min plus vite que son ancien RP. Bon bon bon on s’y met je coupe le live et c’est parti. Je vois la meneuse d’allure du 43 min partir en même temps que nous. Et ça part vite 4’15. A mon avis elle connait bien le parcours il doit y avoir des faux plats. On fait le boulot sur Rivoli 4’07 au 1er puis 4’08 au deuxième et là patatra Fab explose littéralement en vol. Un coup de chaud monumentale s’abat sur lui avec une force gargantuesque vu qu’on passe à 4’24. Il est vraiment pas bien ! J’attends le ravito. L’idée sera de le rafraîchir. On reprend du poil pour passer le 4ème en 4’12 et là deuxième coup de butoir derrière le cailloux 4’32 oulala ça va mal. Je fais le max pour le motiver. Je lui dis : Bon c’est rapé, FUCK le temps, on va finir ce puta madre de 10k. On finira les 5 derniers en souffrance pour lui mais au moins il n’a pas finit sur un branquard comme certains. Les pauvres 🙁 Parfois ça passe et parfois ça ne passe faut l’accepter, grandir et de faire son deuil. Une course raté ça reste un apprentissage de son corps. La connexion ne peut être du feu de dieu à chaque fois. Comme vous le savez j’adore explorer de nouvelles disciplines permettant de se connecter. La course pied est un des moyens comme dit dans la vidéo d’interview de Fab.

L’arrivée du 10k l’équipe en vidéo !

Comment j’ai vécu la course ?

De mon côté ça été perso, la récup de la Maxi Race ne s’est pas trop mal passé, la prépa continue pour le 90k de la transka qui m’attend. Encore une petite douleur sous la voûte plantaire à regler qui revient souvent. Résidu de l’aponévrosite que j’ai eu l’an dernier. Faut que je bosse ma souplesse de pied. De gros masssages au quotidien sont prévus. J’ai acheté un petit rouleau BlackRoll pour l’occasion. Arnica, aux froides sur les pattes etc…Les bâtons de massage sont de la partie comme d’hab pour optimiser la récup.

Je vous dis à bientôt,  le prochain 10k sera celui de la Run&Fun

Du Love Du Run & Plank

L’interview de Fab !

Cet interview fait partie d’une serie : Connecte toi à ton body. L’idée est de montrer qu’il y a pleins de façon de se connexion à son corps, la course à pied, le trail, le chant, le crossfit, … On va aborder plein de domaines et interroger de nombreux pros, praticiens qui vont nous éclairer de leurs expériences perso et pro.

Petites photos des finishers du 10k de l’équipe

10k l'équipe 10k l'équipe10k l'équipe

 

into the wild

Transkarukéra un Trail hors norme, into the wild

Hey mes petits gainés,

Ça y est, je suis de retour à Paname et ça caille de ouf ici, après la canicule qu’on a pris et que vous avez pris ça fait mal au cul -15/20 degrés, c’est abusé le temps ! Je vous raconte mon aventure into the wild

Je suis rentré mardi et pendant deux jours j’ai eu l’impression d’être vide sans jus de carotte pour me donner la pêche, la canne à pêche ! Horrible ! Une vraie loque, peut être le décalage de 6h et la récupération limite bafouée du 90k, le deuxième ultra pour moi cette année. Comme vous le savez, j’étais finisher sur la maxi race 83km qui était la prépa pour le 90k organisée par ma famille. La fameuse et costaud transkarukéra ! L’année dernière j’étais sur le 55k

Cette année nouveau challenge : se frotter à la 90k. Sur la ligne de départ, j’ai des sueurs froides,  sûr je flippe ! Je me dis “merde, est ce que t’es bien préparé ? Est ce que ça va passer ? Je représente la teamtranska qui organise la course”. On est 30 au départ et je sais dès le début que je vais me retrouver seul à un moment ou à un autre car chacun pêche que ce soit dans une descente ou dans une montée de l’espace. Le départ sonne et je me retrouve dans le milieu du peloton avec Clémence, la 3ème du 55 de l’an dernier et son copain. L’idée est toute simple, FINIR entier et pouvoir courir le plus possible.

into the wild

Dans les côtes, je suis moyen/bon et dans les descentes je pêche encore, même si je me suis encore amélioré cette saison, j’ai du boulot. Après le 1er ravito, je me rapproche des 10 premiers. Déjà plus 1h de course dans la grivelière situé dans la commune de Vieux-habitants. Mon père et mon oncle m’encourage durant la grimpette. Les Clain, mes amis de la Réunion, de grands champions de là bas, sont déjà loin.

Le Ravito passé, on s’attaque avec Lapin au Piton Bouillante, un des gros morceaux de la course. Pendant l’ascension, je rencontre Martin et Anne Marie qui sont sur le 130k.

into the wild

Avantage de la course tout le monde est sur le même tracé donc bien que ce soit une petite course, tu vois quand même un peu de monde. J’arrive au ravito, après quelques heures de grimpette, pour retrouver la patronne de la rando guadeloupéenne de l’asso “ilôt rando”.

Deux/trois TUC et c’est reparti. La descente s’annonce salée, Ray Jee et les deux fred me mettent une tempête. Je serai donc seul pour descendre et rejoindre les Mamelles. Je suis parti avec 1,5 L de flotte, un peu juste pour cette partie, je me retrouve à sec, obligé de boire dans la rivière.

into the wild

Comme je suis habitué, ça glisse comme papa dans maman. Heureusement sinon c’était les pommes assurées vue la chaleur ambiante de la jungle. J’apprendrais plus tard qu’une concurrente n’a pas osé la rivière et s’est retrouvée dans la mal. En la croisant à Pointe Noire, je lui dis :”la prochaine tu bois dedans hein !”. Elle me fait une signe de tête en guise d’accord.

Bon bon bon j’arrive au ravito après presque 6h de course, Les deux fred sont là. Je n’ai fait que 25km. Puta madré. Je reste un moment pour reprendre mes esprits et remplir mes gourdes. Je me prends un jus qui glissera dans mon gosier, à chaque ravito j’ai kiffé la boisson. Pas trop sucré juste ce qu’il faut pour moi. C’est reparti. L’idée est de rallier Pointe Noire, la ville de ma grand mère, en moins de 3 h, ce sera chose faite. Je connais cette partie. Je l’ai déjà faite à l’entrainement, j’ai les deux Fred devant moi sans les voir. Puis à un moment je me retrouve seul, comme après le ravito des crêtes vers Piton Bouillante.

into the wild

Cette partie se passe bien, sans accro, je navigue dans mes pensées, j’ai le temps de refaire le monde. Arrivé à PN je suis applaudi et encouragé, comme depuis le début sur tous les ravitos. C’est vraiment plaisant et motivant. Je repars avant les deux Fred vu qu’ils sont plus rapides que moi. Ils me rattraperont forcément. Bah ils mettront plus d’1h à me récupérer. Au ravito de Belle Hotesse, le 1er Fred me dit que son pote à craqué à Varin donc on avance tous les deux jusqu’à Beausoleil où l’autre Fred nous rejoindra. Pendant la traversée de la forêt ça cause de tout et de rien.

On repart tous les trois pour aller chercher Sofaïa, notre prochaine étape, la nuit commence à tomber. J’essaye de ne pas utiliser ma frontale toute suite. Lorsque je commence à l’utiliser, elle est faible, pour ne pas me retrouver seul tout de suite j’attends, j’attends, grosse erreur car au moment où je suis moins bien elle s’éteint la connasse. ET là paf, je suis seul dans le noir comme un con dans la jungle. Je serai seul à Sofaïa comme l’année dernière. Comme je connais, je ne stresse pas le moins du monde. J’allume mon portable en lampe, je change les piles et hop c’est reparti. La pause me fait du bien. J’ai repris des forces et j’enchaine. Quand j’arrive en haut du morne, je suis bien donc pas de pause. Je descends comme un cochon ! Au bout de quelques km je rattrape un 1er Fred qui me dit :”Fred a tracé, je ne peux pas courir”. Arrivé à Sofaïa, je cours toujours et ça me fait plaisir ! Je rejoins Ray Jee qui m’avait tracé à Piton Bouillant. A ce moment je suis avec le 5ème et le 6ème. Fred reste un peu sur place et je repars avec Ray Jee. Avec une petite forme. L’idée, c’est d’en finir car j’en ai plein le cul. On sera ensemble jusqu’au chemin agricole. Le 1er Fred nous rattrape, il s’est mis une fessée dans la descente pour revenir sur nous. Il est vraiment bon en descente celui là. On court tous les 3 jusqu’à Severin et le ravito qui est juste après la distillerie. On recupère le 3ème Anthony et le 4ème Gérard. Un peu cassé, je vois les 3 loulous  Ray Jee et les deux cités précédement repartir. Ils finiront ensemble et moi avec Fred. Le classement ne bougera pas. Au final, on a fait alternance marche/course jusqu’à 20k de l’arrivée. Puis les Derniers 20k ont été laborieux avec pas mal de marche quand même. En gros j’en ai chié. Finalement je fais 6e avec Fred en 22h24.

Finisher ! Parfait mission accomplie

Love Run Plank

into the wild

Mon équipement :

  • Sac SLab Salomon 12L avec 2 bidons souple salomon
  • + 1 bouteille plastique à remplir dans les rivières
  • Short skin
  • caleçon odlo
  • chaussette injinji
  • tshirt nike compression
  • chaussure terraclaw 220 inov8 équipé de lacet xtenex

Bouffe avant la course :

Que des trucs locaux et la veille fruits à pain en sauce avec du poisson de papa cuisiné par mamie Simone. Oui oui mon père habite là bas.

Ma bouffe pendant :

  • barre gerblé amande
  • mélange énergie
  • noix de cajou salé

Ma bouffe après :

Trois Plats de riz avec du poulet mariné cuisiné par la cousine

Voilà vous savez tout !

into the wild into the wild into the wild into the wild

maxirace

MaxiRace mon 1er Ultratrail à Annecy !

Hey les copains today, on est lundi et je marche, monte et descends les escaliers malgré cet ultratrail de l’espace qu’est la MaxiRace !

Si on m’avait dit : “tu pars pour 16h27 de course”,  je n’aurai pas pris le dossard, je te jure. Je n’avais jamais couru aussi longtemps en montagne de toute ma petite vie de runner. Je me suis pris un fessée déculottée qui en valait le détour ! La MaxiRace, comme tous les ultratrails, est comme rendez vous avec toi même ! Tu te parles, tu médites, tu chantes, tu gémis, tu te connectes et déconnectes à corps, tu l’engueules, tu lui dis ta gueule ça se passe maintenant on y va ! De toute façon, c’est ce que tu es venu chercher, une rencontre avec toi même sinon franchement, tu serais parti faire un petit 10km pépouze sur les quais de ta ville non ? Je dois cette folie à la mère de Noémie qui m’a dit “au fait, je vais faire la MaxiRace”.  Je demande “c’est combien ?” On me dit “83km 5000 D+” et je me dis “oh putain, elle n’est pas prête !!!” On se met donc à bosser, elle se prépare sur des courses plus petite style Sens etc…  Son fort c’est la descente mais les côtes c’est un autre GAME ! Je me suis dit “au pire, elle ira au max de ce qu’elle peut faire”. Et c’est ce qu’elle a fait. Elle a explosé son RP de distance et temps de course avec un 54km et 12h de course. C’est beau ! Je suis fier !

Pour la petite histoire, je rejoins Nono et sa mère la veille de course vers 23h. Le Départ est à 5h ! Heuuuuuu heureusement que j’ai dormi dans le train ! Sinon j’étais dans la merde !

Depart de la Maxi Race notre 1er ultra 83k 😱 5000 de D+ 🤤Love Run Plank & Connect

Publié par Exohealthfit by Yoann Lapin Gainé sur vendredi 26 mai 2017

BON c’est le départ, on est stressé de ouf car on n’a jamais fait ce genre de distance ! Donc comment dire ? J’avais la petite goutte dans le slip avant de partir.  Comme on ne savait pas ce qui nous attendait on est parti doucement comme des escargots sentant la rosée du matin. On part à la lueur des frontales. Ce fut symbolique car le soleil s’est levé 35/40 minutes après ! Lol ! Par contre son utilité fut avérée, vu que beaucoup de personnes vont finir de nuit ! Heureusement j’ai fini juste avant le couché du soleil. Bref je vous raconte le truc.

Énorme Merci 😊 à la maman de @moumine974 qui m'a convaincu de faire Cette course 🏃🏾 Sans me dire que c'était l'une des plus dure, La @maxi_race Une vrai folie ! 83km Avec 5000 D+ et Que de belles rencontres, de connexions Avec les gens et soi, de la discussion, de l'effort ensemble #wearetogether ,de l'amour ❤️ du partage, la cohésion de groupe entre inconnus dans la grimpette comme dans les descentes ! Des mots de soutien fort 💪🏻 des mains tendues, des tapes sur l'épaule. 😍 le #trail c'est vraiment autre chose. C'est une sorte de chemin de croix, de recherche personnel mais à plusieurs, dans le dépassement de soi, où tu vas chercher des ressources au plus profond de ton être. Certains s'auto-hypnose, d'autres méditent, chacun sa méthode de connexion, l'idée c'est toujours d'être finisher. Souvent tu te parles à toi Même. J'avais des mots pour les miennes pour qu'ils donnent du courage. Je ne voulais pas décevoir et malgré tout si j'avais du arrêter en cours, je l'aurais fait car c'est vraiment balèze pour un 1er #ultratrail Today Je marche🚶monte et descends les escaliers… Sans Trop de difficultés, ouf 😅 Même si j'avais pu faire mieux, les moments à bosse c'est Dans les descentes par exemple. On apprend on apprend on apprend toujours… Par Contre QUEL KIFFE ! J'ai goûté je vais y retourner. Dans un mois si tout va bien ! #teamtranska me voilà 🔥 Bon 😋 lundi à Tous ! Merci 😊 à Tous pour vos messages je vous Love ❤️ kidkiss sur le front car tu transpires 😂 déjà À Demain chez @ar_odeon 😘 Love Run Plank Trail Spirit & Connexion #restegainétuvaskiffer #runaddict #runningparis #runningfrance #training #run #parismonamour #streetworkout #healthylifestyle #paris #werunparis #workout #courseapied #blogger #nevernotrunning #team2feu #whyirunodeon #teamlapingaine #waa #streetworkout #crossfit #ocr

A post shared by Connecte Toi À Ton corps (@yoann_lapin_gaine) on

1ère montée nos petits cuissots commencent déjà à chanter, on est tous à la queue leu-leu ça bouchonne grave ! 15000 gus dans une monotrace c’est chaud les marrons qui chauffent sur la plaque du pakpak du coin. On passe bien 1h dans le bouchon.

maxirace

Trop Chaud !  Merde, bon hydrate toi bien et on verra. On se cale un rdv au ravito puisque je monte plus vite. Je rencontre un des running panda en relais avant la montée au ravito 1. Avec Sylvianne, on ne se voit pas et perdons 15 à 20 min. Elle a dû passer pendant que je parlais au gars. Merdouille. On repart donc ensemble, on a 30 min d’avance sur le temps de passage ouf !

1ère descente et 1ère chute plus ou moins grave mais ça fait flipper, on essaye de garder les yeux bien ouverts malgré le peu de sommeil. On croise un gars assit avec les doigts retournés, ouuuuuh un frisson me traverse le dos, puis une cheville, puis un genou. Bon, surtout faire abstaction. On descend en balle avec Sylvianne et j’entends un cri derrière moi… ahhhhhhhhh ! Bam la chute… Sylvianne ça va ? Oui, plus de peur de mal. Je lui prends les bâtons qu’elle voulait absolument prendre. Perso les bâtons c’est relou surtout quand tu es derrière et que tu ne peux pas doubler 🙁 Bref passons. Sinon, on se colle dans la deuxième, Sylvianne n’est pas très bien.

maxirace

La descente vers les 30k se passe bien ma montre déconne j’ai 2km de moins que les autres. Là, on avance puis on rentre dans un sous bois et BIMMMMMMMMM… Un mur hardcore !! Je monte, me retourne, pas de sylvianne heuuu. On est déjà juste sur le timing… Que faire l’attendre ou continuer à avancer ? Je décide d’y aller avec un petit hic. J’espère qu’elle pourra finir ! Dès les 30k je sens que le rythme ne me va pas. Donc je monte, monte et monte. Ma technique : m’arrêter en haut, pas avant sinon je meurs sur place. Putaiiin ça brûle, ça me rappelle mon trail en gwada ! Je me dis, je connais la douleur sur 60k donc à voir si ça passe sur 83k ou non !

maxirace

Arrivé en haut, je me dis : “pour ne plus avoir le stress de la barrière horaire faut descendre vite”. Je tente et ça passe sans soucis. Il y a une ambiance à tous les ravitos flotte qui sont en nombre. Je récupère Marilyn et je roule tranquillement jusqu’au ravito 2 avec elle, là bas Nono m’attend. Sa question, “elle est où Sylvianne ? Bahh elle a craqué dans la montée”. Pour Marilyn la journée est finie, elle continue le lendemain.

maxirace

Après le ravito 2, je croise thecrazyWolfparis qui me dit grimper c’est gainé donc t’as intérêt à finir. Merde je suis cramé avec ces conneries de connexions gainées au body ! Bah ouai c’est ma méthode. Quand j’ai besoin de me sentir vivant, je gaine, même debout, assis, n’importe où en fait !

La montée est dure, je croise de plus en plus de gens par terre, c’est chaud, je bois comme un chameau avant de faire le désert ! Bon là c’est la merde, ça ne fait que monter, monter et remonter. Ca pique, j’arrive au point de fusion mental/corps où tout est possible ! Abandon ? C’est mort. Je continue pour voir si ça tient. Je suis dans le mal mais je reconnecte vite fait bien fait en serrant les abdos. Bon le sommet du morne est relou à atteindre, connard ça s’arrête quand ?! Je suis grossier, désolé, à ce moment là j’en avais plein le cul ! Je ne suis pas le seul à coincoin, tout le monde pleure. La descente arrive et là c’est la défaite intergalactique, je n’y arrive pas, on dirait une mémé avec son déambulateur ! Je perds un temps fou dans cette descente de 7k qui me détruit les jambes. Heureusement y’a des beaux trucs à voir

maxirace

Arrivé au Ravito 3, il reste 14 ou 15 avec 900 ou 1000 de Dev. J’ai 1h40 d’avance. Je prie pour ne pas craquer et finir avant la nuit ! Je monte la dernière difficulté avec Tristan ancien de Batignoles qui connait Nono. Je retrouve Sylvianne qui a finalement arrêté à 17h04. Elle n’a pas passé la barrière horaire. Même en tentant ça aurait été chaud ! Elle a été intelligente en s’arrêtant là.

Dernière montée mon corps tient toujours, le mental est là on va finir ensemble, ma tête, mon coeur et mon corps, ready les poulets ! Tout le monde valide. Après un arrêt pour laisser passer les vaches dans un tunnel,  go, go, go ! C’est parti pour du brûlage de cuisses dans les règles de l’art ! On croise un coach qui nous détaille les difficultés de façon ultra précise top ! Vu de là haut

maxiracemaxirace

On en chie tous comme des rats morts. Ca n’en finit jamais ? C’est hard merde de Dieu le tout puissant ! J’y crois pas trop mais bon parfois tu dis de la merde. On m’a baptisé, je dois avoir des restes. Par contre, un truc, j’ai une sacrée bonne étoile, peut être que le fait d’être né à Noël, bref ! Revenons à nos chèvres qui béééééééé dans la montée, on voit le soleil qui commence à décliner ! Merde faut se grouiller et là dans un élan, je cours dans la descente, je prends plein de monde dont le gars qui est dans la vidéo de fin avec moi ! Lourd ! Il me parle tout du long comme un coach ! Merci merci merci et encore merci MEC ! Je n’ai pas arrêté de gémir, en même temps 5k de descente après 70 bornes ça tabasse ! On entend le micro du speaker… Ca y est, on touche au but. On se finit même le plat à 10km/h au calme ! Enorme Course Enorme Kiffe Enormeeeeeeeeeeeeee

Ca y est, c’est fini, j’ai failli pleurer ! LOL. Je ne sais pas quoi dire à part merci…

Je me demande si je ne vais pas faire une pause. Le weekend précédent j’avais le 10k du GrandParis et le 3000 steeple. Heuuu ! Bon je crois que oui. Bises les copains, on va méditer et tout le reste ensemble. Bientôt les interviews,  youyou, vont être intéressantes. Comment se connecter à son corps au quotidien  ? Réponses bientôt ! Chacun à sa technique c’est ce qui rend le truc intéressant !

Love Run Plank Trail spirit & Connect !

Maxi Race team Transka

Hey les Gainés Finisher de la maxi race 83km 5000 D+ en – de 17h 441/1500 1er Ultratrail 😱. La course est ultra dure… je ne m'attendais pas à ça…Je me suis connecté/déconnecté à mon corps pendant des heures. Expérience Énorme. Quand le mental prend le dessus c'est ouf 😅 ! Je manque clairement d'expérience mais le départ lent sous les conseils de Brice Boyer a payé. Merci 😊 pour tes précieux. Angélina Paillette a quant à elle été rattrapé par le temps ! La barrière horaire 17h la stoppé à 54km c'est beau 😍. Record de distance pour elle. Pendant la course 🏃🏾 je me suis pris des tempêtes par les mecs du 110k 😂 les mecs sont vraiment dans le futur dont Brice ! Je me suis rendu compte que je dois me renforcer les cuisses j'étais Trop juste. Je manque vraiment de technique de descente… dans la grande descente je me suis fait littéralement déposer et ce durant 7km. Heureusement après le dernier ravito je croise Tristan ancien de Batignoles qui m'emmènera jusqu'au somment du dernier col ! Dans la dernière descente de 5km, soûler je me mets à courir 🏃🏾 Comme un Lapin 🐰 pressé. Là je prends une vingtaine de personne Avec un autre acolyte comme vous voyez dans la vidéo. Franchement j'en ai chié. Bon 😋 courage Loïc Bekkouche. Je t'attends à la gare Demain 😘❤️PS : en rentrant je fais une hypoglycémie & un mal de bide de ouf ! J'arrête définitivement les gels. Merci 😊 Noémie Devillecourt d'avoir été là. 🙏🏽❤️Matos de course 🏃🏾 : Sac de Trail Salomon S-Lab voir Avec Adnane Nananinanane Tshirt odeon x2 technique, short skin bleu voir Fabrice Lai ou Stéphanie Brizon, chaussure de trail barefoot inov8 xtalon voir Benoit Grangier et article sur Joggeur + chaussette doigt pied injiji Love Run Plank & ConnectPapy 👴 je te dédicace Cette course 🏃🏾 je t'ai perdu avant mon 1er Trail longues distances sur tes terres, j'irais courir partout dans le monde avec toi. J'espère que tu es fier de Moi ❤️Suivez les aventures Gainées sur Youyou ! https://youtu.be/WfCCdLBSZQ0

Publié par Yoann Lapin Gainé sur samedi 27 mai 2017

LA BOUFFE : 

  • Les gels : Plus jamais, GROSSE ERREUR ça m’a valu des maux de bide après course heureusement j’avais du gingembre dans le bec !
  • Cliff c’est pas mal mais un peu sec
  • J’ai bu au moins 10L d’eau + eaux qui piquent comprises + eau des fontaines + eau des ravitos flottes !
  • J’ai défoncé le ravito les ravito
  • Faut que je bosse mon alimentation course je suis nul

MES FRINGUES :

  • T-shirt AR_Odeon Lapin Gainé + AR_Odeon normal pour les 15 derniers km 
  • Sac Trail S-Lab 12L avec 2 fiole salomon 500ml acheté auprès d’Adnane à la Maison du running surmontée de mon Lapin Crétin Samouraï + une poche d’eau Kalenji 2,5 L. Je dois changer une fiole qui est percée. Putain ça vaut 20 balles 🙁
  • Caleçon Go sport – faut que j’en trouve un spécifique car au bout d’un moment ça me brûle la raie du cul
  • Découverte du short Skins acheté chez KM42, merci Stéphanie
  • Chaussette injinji acheté chez Comme pieds nus République, j’adore plus de mycoses, j’ai eu 1 ampoule sur le gros pouce !
  • Pour les pompes IVOV8 Xtalon 212, celle que j’ai adopté depuis le test pour joggeur, une Rolls, j’ai juste un ongle violet vu que je ne suis pas très doué en descente. J’avais mal coupé mon oncle ! Trop duc que je suis ! TEST DES 200 par Julien
  • Lacets Xtenex chez Accessoires-running.com

MES STATS :

Ce n’est pas glorieux mais bon, on va dire que c’est le 1er. Je manque d’expérience c’est abusé ! Y’a du boulot surtout en descente

CONSEILS :

  • Apprend à bien gérer ta respiration, il y a pleins de technique, faut les apprendre et t’hydrater correctement
  • Teste ton alimentation sur les courses d’avant ! PAs de magie de jour j
  • Renseigne toi sur le parcours sauf si tu es superstitieux ! Merci Brice pour les conseils. Le départ lent a payé !
  • Les descentes sont un enfer sauf si tu les as bossé avant, y’a du boulot spécifique à faire là dessus, je dois m’y mettre  de suite !
  • Le planté de bâton ne s’invente pas. Ne crois pas qu’eux seuls vont faire le boulot, un renfo full body des requis
  • Fais des petites courses jusqu’à 60km avant même les petites à gros D+
  • Je pense que je vais apprends l’auto hypnose et méditer plus !
  • Le matériel c’est pareil faut l’avoir tester et roder avant
  • Donne du smile colgate à tous ceux que tu crois tu verras ça fait un bien fou !
  • Prévois un covoiturage avec les copains ou le train car conduire sera chaud 😀 voir le bus ! Merci Loïc

LE LENDEMAIN UNE ISLANDAISE VIENT NOUS FAIRE UNE BISE. ELLE A COURU avec NOUS c’est ça aussi le TRAIL, UNE FAMILLE <3

maxirace

N’OUBLIEZ PAS !

maxirace

Dans la vie du runner, la famille est importante. L’idée est d’être tous ensemble pour partager un max de kiffe, s’entraider, s’entraîner, se checker, s’embrasser, se féliciter, se motiver. La course à pied n’est plus un sport solitaire, c’est un partage d’amour, de joie, de sourire, de rêves, de dépassement de soi, de connexion, de recherche personnelle, de découverte de son corps, d’apprentissage, d’écoute de soi, de compréhension. Le Mindset Run est très particulier. Il se développe avec le temps car ça devient une drogue douce qui fait du bien à la tête !

nofinishline

NoFinishLine Paris, Donner c’est gainé

Hey les gainé(e)s, comme chaque année et ce depuis 2015, je m’engage sur cette course que me tient à coeur : la nofinishline paris. C’est donc la 3ème edition pour moi. Je cours à chaque fois pour la chaîne de l’espoir.

N’hésitez pas à aller voir ce qu’elle est fait. Courir pour les enfants ça transcende de ouf ! A chaque fois, on fait le max avec les copains. On y fait des belles rencontres comme Gilles le coach de course à pied spécialiste du long run que je vois à chaque fois sur cette course. Il y a aussi Carole la vainqueur du 24h devant Lulu notre écureuil gainé qui est d’une gentillesse absolue. Ma Cathy Muller, la prof de pôle dance qui dézingue les km, c’est impressionnant. Idem pour Patrice qui gagnera la course sur 5 jours avec un nombre de km qui donne le tournis. Bravo à notre grand écureuil Anthony qui  calera un 312k comme il se doit.

La nofinishline c’est quoi ?

C’est assez simple en fait, tu fais 1km et le partenaire de la course reverse 1 euro. Donc plus tu cours plus tu donnes à l’association de ton choix. Pendant 5 jours tu peux faire le max de km.

La course

L’aventure commence donc le jeudi pour moi. Le départ a été donné la veille mais comme d’hab, j’ai toujours un truc à faire.

Le jeudi, je passe faire un coucou de 20km car le plus gros m’attend ce weekend. Je fais un 1er 10k  en courant entre 18h30 et 19h30 puis un deuxième en marchant de 23h à 2h avec Gilles. Je recroise les habitué(e)s du game. L’objectif est de faire cette année au moins 100 tours soit environ 130 km au total.

nofinishline nofinishline

Vendredi je retourne me frotter aux faux plats du champs de mars en calant un 35k entre 23h et 7h avec 4h de pause. Je retourne au boulot de 9h30 à 12h. Go, go, go. Puis une petite sieste jusqu’à 16h30.

Retour sur la Nofinish à 17h, la petite écureuil Lulu a déjà 7h de course dans les jambes et comme promis je vais l’accompagner. Pour rallier l’objectif des 100 tours, je me lance sur un petit marathon à allure lente “5h30” car il faut tenir la nuit. A 23h30, j’arrête le compteur à 100km. 00h00 arrive et on repart, il reste 10h de course pour Lulu qui est dans le peloton de tête vers 4h, ça commence à sentir bon ! La 1ère abandonne, Lulu bascule sur le podium provisoire. Les heures défilent, gestion de la course grâce à Gilles qui est un spécialiste, Lulu gratte encore une place… La deuxième place se jouera finalement jusqu’à la dernière minute. La fille dernière a entamé une remontée fantastique impressionnante, finissant à la limite du sprint. Lulu reste à la 2ème place après ces 24h épiques avec plus de 150km, c’est beau. Elle nous a versé des larmes de joie après cette course intense en émotion. Ma fierté est immense. Gros câlins de félicitation, podium, fleurs, la totale. J’en profite pour interviewer Carole, la gagnante.

Bravo 🍾 à carole ingouf qui signe une 3eme victoire sur la No Finish Line ParisLove Run Plank & Solidarity 🔥❤️💪🏻

Publié par Exohealthfit by Yoann Lapin Gainé sur dimanche 14 mai 2017

Pour moi, c’était la première expérience de “lapin meneur d’allure accompagnateur”, j’en garde un super souvenir car j’adore accompagner et pleurer. Anthony le mari de Lulu a lui aussi fait une course de fou pour sa première participation comme quoi, quand on a un mental, on va au bout.

La course des 24h finit à 10h comme prévu et nous les autres, on continue le boulot. Gilles est bouillant comme jamais, il ira chercher finalement son record à 352km. Gregory lui finira avec plus de 100km, Margaux a brûlé du km à gogo également. On a chanté + blind Test c’était fat ! Merci Jeff 😀

nofinishline

18h30, je suis avec Géraldine des RunChic ainsi que Soso et Sarah. Je vois Gilles, toujours en train de galoper. Et là, je me dis, j’ai 168 km au compteur. Je regarde Gé et je lui dis : “tu me paces pour aller chercher les 175k ! en courant ça prend 30 min environ avec mon état de fatigue”. On se lance et ça passe, il reste 50mn et je ne sais pas, ce qu’il se passe, mon corps est limite en trance… Alors malgré les genoux un peu gonflés, malgré les petites douleurs au pied, on part pour 7k de feu  avec un dernier Km en 4’18 ! MERCI Gé !! J’en ai pleuré de fatigue !

Je n'ai qu'un mot à la bouche. Merci 🙏🏽❤️Love Run Plank & Solidarity La Chaîne de l'…

Publié par Exohealthfit by Yoann Lapin Gainé sur lundi 15 mai 2017

Les conseils gainés 

Prévoir plusieurs paires de chaussures et de chaussettes. Boire beaucoup d’eau. Tenter les micros siestes. Se masser, caler du stretching. prévoir les sandales pour aérer les doigts de pieds. Perso, les chaussettes doigts de pied style injinji c’est la vie, de même que les lacets xtenex d’ailleurs. Prévoir tout, kway et coupe vent, changes, casquette car on a tout eu chaleur étouffante, pluies torrentielles, vent, froid de canard !
Courir tout le temps, c’est compliqué donc l’alternance marche course est efficace.

nofinishline nofinishline nofinishline nofinishline

Bilan

C’était magnifique !

LOVE RUN PLANK

Merci à tous les Adidas Runners, CYD, InstaRunFrance, Nike Runners, Lapins Runners, Beerunners d’être passé, je vous love <3 ! Dans la vie du runner, la famille est importante. L’idée est d’être tous ensemble pour partager un max de kiffe, s’entraider, s’entraîner, se checker, s’embrasser, se féliciter, se motiver. La course à pied n’est plus un sport solitaire, c’est un partage d’amour, de joie, de sourire, de rêves, de dépassement de soi, de connexion, de recherche personnelle, de découverte de son corps, d’apprentissage, d’écoute de soi, de compréhension. Le Mindset Run est très particulier. Il se développe avec le temps car ça devient une drogue douce qui fait du bien à la tête !

la_boue

Tout gainé dans la boue version Mudday !

Hey ! Les tout gainés vous aimez la boue ?

Mudguy quel est ton métier ? La BOUE, la BOUE, la BOUE

la_boue la_boue la_boue la_boue

Comme chaque année les gens de la ville, dont je fais partie, s’adonnent à des jeux sexy tout gainé “the muddday paris“. Celui-ci a pour objectif de se jeter dans la boue durant 13k. Les Mudfriends y ajoutent 22 obstacles pour corser l’histoire ! Comme ça, pas besoin d’aller au SPA sur la côte ! T’as le droit à tout pendant ce genre de courses : montée de corde, pont de singe normal & corde, équilibre sur slackline (où j’ai merdé d’ailleurs), bain de boue, grimpette de palissades, saut dans de l’eau glacée et en toute fin, passage sous des fils électriques de vache qui te balancent des châtaignes de l’espace… Mai si tu finis, on te rince avec de la bière 😀

Sur place on a rencontré des copains dont julien Swat et sa chouchou.

la boue la boue

Je glousse en écrivant… Au tout début de la course, Charley, un de mes accolytes éclate littéralement ses chaussures, il se transforme très rapidement en clown et ce pendant 12km. Merci à DIDI qui l’a sauvé en lui prêtant une de ses chaussures. Par chance DIDI fait la même pointure que Charley. Donc on allait pas bien vite. Les pauvres chouchous se sont éclatés les pieds. Perso j’avais pris des pompes de trail “INOV8 terraclaw 220” achetées à la boutique “Comme pieds nus” 2 ans auparavant et équipées de lacet XTenex. Comme d’hab’ j’avais des manchons style kalenji pour éviter de se rapper les avants bras et le petit t-shirt technique qui va bien. J’avais un petit legging sexy, on ne change pas une équipe qui gagne 😉 en plus ça permet de ne pas se perdre lol et d’éviter de se déchirer les guibolles aussi.

Tout c’est bien passé, on s’est bien marré. On a même pu avoir the gold medal of mud guy gainé 😀

Si tu veux être bien préparé pour réussir TA MUDDAY tu dois

Très content d’avoir participé encore un fois à cette baby course d’obstacles.

la boue

Love RUN Plank

Merci Noémie <3

semi marathon tout gaine

A Bordeaux le vin est bon et le semi marathon tout gainé aussi

Hey les gainés ça y est on est en MAI, on va peut être faire ce qu’il nous plait. Avril était le mois des courses, on a couru le semi marathon tout gainé de Bordeaux  pour sa 3ème édition après le marathon de Paris et themudday Paris le weekend dernier. L’article sort bientôt j’ai des anecdotes à vous raconter encore comme celui de Lyon d’ailleurs.

Avant la course on a eu le droit à une photo d’ambiance avec A2running la communauté bordelaise qui anime pas mal de run à Bordeaux. AdidasRunnersParis en a fait de même sous la houlette de Kevin le photographe habituel de pas mal d’events ARP.

Au départ, l’idée était d’aller éclater le RP du  Semi de Paris où j’avais été très prudent. Et vu le temps qu’il avait fait, il valait mieux. LE DÉLUGE. Finalement, une copine d’Odéon alias chouchou cherchait un petit lapin pour l’emmener sur son 1er Semi. Au départ, elle voulait faire un Sub d’2h mais vu le temps sur 10k, je lui ai dit qu’un sub 2h10 était plus réalisable. Tenir 5’40 pendant 21k alors que ton RP est supérieur 55mn sur 10k, c’est chaud les marrons !!!

Donc on part finalement à 6’/km pour éviter de se cramer la tronche. Eric qui accompagne Marion fait à peu près la même chose vu que j’ai suivi ses directives. Lapiner c’est un boulot ! C’est vraiment difficile. Courir à une allure différente de la sienne demande de l’expérience et de la bouteille. je suis en plein apprentissage de cette discipline dans laquelle tu cours pour l’autre. L’objectif est de le/la préserver pour lui/la faire atteindre son objectif !

Avant le départ, une marée humaine se câlinant pendant au moins 40min s’agglutinait dans les différents SAS. Heureusement les coureurs bordelais sont cools et patients. Les coureurs du marathon sont partis en même temps que nous.

Durant la course l’ambiance était au beau fixe, c’était ouf, tout en sachant que le départ était de nuit ! A 20h précisément. La nuit est tombée super vite ! Il fallait donc ouvrir les yeux car les routes n’étaient pas toutes lisses. Une pote a chuté à cause d’un nid de poulax. Il fallait aussi faire attention aux éclairages au sol, trottoirs et autres.

Ce semi était beaucoup plus technique que celui de Paris. Beaucoup de relances dans les ruelles, de faux plats, 4 passages sur pont, il fallait donc être solide.

Côté orga, c’était un peu lèg’ parfois mais bon, le public en masse a sauvé les meubles. Bravo à eux. J’ai bien kiffé ce petit semi marathon tout gainé. Sandra a tenu son objectif en 2h07’45”. Je suis fier d’elle. Elle a eu du mal vers le 14e vu qu’on a déclenché à mi course. Un peu tôt peut-être. Quoiqu’il en soit, elle est contente et c’est l’essentiel, non ?

J’apprends à lapiner et je m’améliore de jour en jour, enfin je pense. Courir doucement c’est ma spé. L’EF c’est la vie.

Le lendemain matin, petite session avec les happy running crew 😀

En ce moment je cours un peu moins car je fais pas mal de renfo. C’est pas simple de faire les 2. Faut que le corps s’habitue. C’est Fatima qui s’en est rendue compte vendredi dernier !

Bravo à tous les finishers

se

Je vous kiss sur le triceps à très vite pour de nouvelles aventures gainées

Love Run Plank


Suivez-moi sur
Strava

Ça y est c'est fini ! 1er Semi pour Sandra HenrionLove Run PlankFran Prge Jeremy Kohlmann Noémie Devillecourt Angélina Paillette Dare Marathon Jérôme Gaumard Sylvie Métral @biocbonrunning

Publié par Yoann Lapin Gainé sur samedi 15 avril 2017

passion gainée

Trail, génèse d’une passion Gainée

Helloooooooooooo les Gainé(e)s,

Comme vous le savez peut-être, j’adore les courses nature connues aujourd’hui sous le nom de TRAIL. Depuis l’an dernier je suis les aventures d’une maman traileuse que je kiffe de ouf dans sa passion gainée : Christelle alias Beerunneuse.

Christelle  : Quand une Beerunneuse s’adonne au trail : genèse d’une passion gainée

Le trail ? C’est un peu ma seconde nature !

Yoann : Je te comprends tellement, d’où le trail sur mon île d’Origine la Guadeloupe que je fais connaître en Europe. Cette course a une saveur particulière pour moi. La veille de ma 1ère participation, papi, l’homme que j’ai toujours adulé, m’a quitté, je me souviens encore de son regard, j’ai cru comprendre ce jour qu’il était heureux que je sois là ! Depuis le trail et la course à pied sont pour moi une sorte de moment où je suis avec lui. D’ailleurs ma médaille de finisher est avec lui sous Terre. Bon, c’est ton tour Christelle ma beegainé, racontes nous tout.

Christelle  : Comme pour beaucoup de runners, ma passion pour la course à pied est née à la suite d’un traumatisme : le décès de ma mère que j’ai accompagnée en fin de vie.

Yoann : C’est une force qui te permet d’aller plus loin

Christelle : J’avais pourtant un peu goûté à la discipline étant jeune : je pratiquais l’athlétisme à Isle (Haute-Vienne) quand j’étais au collège, mais je m’illustrais surtout dans le saut en hauteur et le saut en

longueur. Mon entraîneur m’avait inscrite sur quelques sprints en compétition. Mais mon attention

s’est vite tournée vers les sports collectifs et notamment le basket – un classique quand on habite

une ville comme Limoges où l’on avait de beaux modèles avec l’équipe du CSP, championne d’Europe

en 1993.

Mon amie Carole, rencontrée au Mans, m’a initiée à la course non sans mal : mes premières sorties

n’excédaient pas vingt minutes, lors desquelles je sprintais et finissais sur les genoux. Puis il y a eu le

décès de ma mère en 2006, la course est alors devenue une véritable addiction : j’en avais besoin

pour me vider la tête, extérioriser ma colère, m’évader, m’apaiser…

Mon arrivée en région parisienne a ensuite été comme un déclic. Je me suis inscrite dans un club en

2011 avant tout pour rencontrer du monde : celui des Foulées de Saint-Germain- en-Laye. Je me suis

alors laissé prendre au jeu. Si mon entraîneur Miguel m’a immédiatement orientée vers des dix

kilomètres que j’ai enchaînés avec pour objectif d’atteindre les quarante et une minutes, j’ai

découvert un soir avec un petit groupe de coureurs de mon club une discipline : le trail.

Je me souviendrai longtemps de cette sortie : Pascale, une traileuse aguerrie, m’avait parlé avec des

mots qui m’avaient fait écho : pas de stress, du plaisir, une communion avec la nature, pas de prises

de tête. Le parcours choisi ne pouvait que me séduire : nous sommes allés courir dans le Désert de

Retz. Ayant grandi dans une région avec de magnifiques forêts de châtaigniers et une campagne

riante, j’ai ressenti immédiatement un apaisement. Moi qui me sentais oppressée depuis mon

installation en région parisienne, je respirais enfin sereinement, contemplant la nature qui me

manquait tant. Ce soir-là, j’ai couru avec un sourire qui ne m’a jamais lâché. Sans le savoir, je venais

de mettre le pied dans un engrenage : le début d’une véritable passion. J’étais devenue

« trailaddict » !

J’ai ensuite enchaîné les courses, de petites distances dans un premier temps, puisque je ne

dépassais pas trente kilomètres. Mais je prenais à chaque fois un plaisir infini, quelle que soit la

météo – je pense notamment à mon tout premier trail, le Fun Trail, que nous avons couru dans la

boue avec mon amie Steph et un copain, Romain. Exit les chronos !

Même si les parcours sont parfois difficiles, je pense avoir toujours fini avec le sourire et les yeux

d’une enfant émerveillée. Le trail me permet de me recentrer, puis de m’évader. La nature m’apaise

et me réconforte. J’aime la simplicité et l’authenticité, des valeurs que bien des gens oublient

aujourd’hui pour se concentrer sur des futilités. Je suis une épicurienne.

Mes terrains de jeu favoris ? Les forêts, surtout celles du Limousin – mon côté chauvin certainement,

la moyenne montagne, le Var et les sentiers enneigés que j’ai découverts depuis peu lors d’un stage

de trail blanc au Mont Bessat avec Adevsport.

Mais un challenge m’a particulièrement marquée : le trail de l’Ultra-Marin en 2013. Certains diront

que ce n’est pas la course la plus difficile qui existe, qu’il n’y a pas beaucoup de dénivelé. Oui, c’est

vrai, mais c’est justement là que réside la principale difficulté. Il faut bien gérer le parcours, car

contrairement à un trail traditionnel, on ne marche pas dans les montées, on court presque tout le

temps. Mais c’était surtout ma première longue distance : 56 kilomètres, alors que je n’avais jamais

fait plus de trente kilomètres.

Cette course revêtait une importance bien particulière : mon amie Maryline, que je n’avais pas revue

depuis huit ans, avait perdu sa petite fille de quinze mois atteinte d’un cancer. Mes nombreux appels

restaient vains. Je voulais trouver un moyen de récolter des fonds pour le service d’oncologie de

l’hôpital. Je lui ai envoyé une lettre quelques semaines auparavant pour lui dire que je m’étais lancée

dans ce challenge.

Elle m’a alors appelée pour me dire qu’elle serait là, à l’arrivée. Je crois que cette nouvelle m’a donné

des ailes pendant toute la course : malgré la chaleur et la fatigue, je n’ai songé à aucun moment à

abandonner. Tout cela me semblait tellement dérisoire par rapport à ce qu’avait vécu mon amie !

J’ai d’ailleurs pleuré pendant la course à l’idée de la revoir et de la serrer dans mes bras à l’arrivée.

Et que dire du parcours ! Le Golfe du Morbihan est magnifique et je me suis régalée en appréciant de

splendides paysages. J’ai découvert aussi la solidarité et le partage entre les coureurs, des valeurs qui

comptent énormément pour moi. J’ai vécu cette aventure avec trois coureurs qui ont couru sur

quelques portions avec moi et que j’ai retrouvés à l’arrivée.

passion gainée

Pour la petite anecdote, je me rappelle avoir dit à mon amie que je serais là à 20 heures, pour

l’apéritif. Je n’y croyais alors pas. Je n’avais alors aucune idée de mon timing, n’ayant jamais parcouru

sur de telles distances, mais je trouvais l’horaire fun. Croyez-moi, je suis arrivée à 20 h 00 et quelques

secondes, soit six heures de course.

L’arrivée… Un moment inoubliable, qui me donne encore des frissons rien que d’y penser… Je me

rappelle avoir posé mon sac avant de franchir la ligne pour montrer le tee-shirt que je portais en

l’honneur de mon amie. Puis nos retrouvailles, cette émotion indescriptible, cette amitié si forte…

La cerise sur le gâteau a été quand le speaker a annoncé que j’avais remporté la course dans ma

catégorie : je ne peux dire la fierté que j’ai eue de pouvoir monter sur le podium afin de dire

quelques mots pour mon amie.

Cette course symbolise toutes les valeurs auxquelles j’accorde de l’importance, et dans les moments

difficiles, que ce soit lors d’une compétition ou dans la vie, je repense à cette belle arrivée : cela me

donne des ailes et me rend plus forte…

Yoann : Christelle merci pour ce partage, j’en frissonne encore… Je te serre fort <3

Love Run Plank & Trail

Son dernier article Trail : https://beerunneuse.com/2017/04/18/le-trail-de-lauzance-quand-le-plaisir-devient-performance/

En plus, elle fait du gainage 😀

marathon gainé

Marathon Gainé de Paris

Saluuuuuuuuut les gainés 😀

Bon que vous dire. Il y a tellement de choses à raconter. Je ne sais pas par où commencer, je me répète souvent. J’ai mis plus d’une semaine à sortir cet article “Marathon Gainé de Paris”, toutes mes excuses, il y avait le Semi de Bordeaux dans la foulée donc assez peu de temps pour faire le Bilan.

J’avais trop d’amour à exprimer et dans ce cas, je prends le temps car chaque mot est important.

On m’a toujours dit : “t’as un physique de coureur”. Certes mais j’aime pas ça, une feignasse à l’entrainement même quand j’étais au Triathlon gamin. Je détestais déjà le fractionné.

Le seul truc que j’aime faire c’est m’amuser, chanter et déconner avec les copains, le temps passe plus vite. Je trouve les entraînements tellement chiants que j’essaye de les rendre fun ! Courir seul, je n’y arrive pas ou plutôt que très peu de fois dans l’année. Si tu me dis : “viens on va faire un run” je te suis si ça va pas trop vite, par contre si tu me dis “fractionner, s’entraîner sérieusement en mode athlète sur une piste à tourner en rond dans le sens inverse des aiguilles d’une montre voulant gagner des secondes à tout prix”, bah ça me donne la nausée rien que d’y penser.

Je vous l’accorde il faut le faire. Perso j’essaye d’en faire le moins possible… Je préfère me défoncer au HIIT ou au Crossfit comme hier aux enfants de la barre voir mon compte instagram, je fais un tronche 😀 je suis mouru.

Je préfère le fartlek “l’entrainement en pleine nature sans hésiter”. Et puis, je préfère le trail de toutes façons, Na ! De même que si tu me parles de renfo, de crossfit, de gym, de yoga, de mouvements, de danse, bah là je frétille comme PanPan devant une carotte.

Revenons à nos lapins euh non nos moutons ! Après 3 jours de salon du running à vanter les mérites du bâton de massage, je me lance avec les copains sur mon 1er Marathon… Le Marathon Gainé de Paris avec Papa et Maman LapinsRunners, Julien de CestbiendetreBien, Djodei, Margaux, Gilles, Syl le ouf, Jessica Alias SkinnyAss, Cam, Sophie de la Triplex Team, Charles Henri de Coursmetrage et Kondo qu’on rencontrera au MUR des 30km en mode speaker comme jamais

Bon, on est parti en mode tranquillou la balade, sono à fond, caméra au bout du bras pour ambiancer et capter les instants magiques sous le soleil manifaïïïk de Paris. On a fait des “give me five”, des câlins, des bisous à un nombre incalculable de personnes dont Nadia, Guillaume, Sonia et tant d’autres… On est toujours motivé pour chanter avec les copains, du Disney, des comédies musicales des années 2000, un pur kiffe de ouf. On a dansé devant les fanfares et les concerts comme des fous ! J’ai adoré. Un moment on nous demande, “vous allez faire ça pendant 42km ?…” Heuuuuu, On va essayer… J’ai arrêté la musique aux 18k pour garder de la batterie. Et j’ai mis ton tel en mode avion puis mode recharge. On a salué la joelette et chanté “c’est la jojo c’est la jojo allez allez” par deux fois car on s’était arrêté pour danser en passant près de sapeurs pompiers solidaires poussant le petit loulou lanceur de flotte fraîche ! Que de souvenirs ! Je me souviens du ravito Isotar qui collait de fou, d’avoir tremper ma touffe dans une bassin et d’avoir mouillé mon corps au moins 10 fois ! Bu 30L d’eau ! D’avoir manger comme un gros plein soupe… Bah oui, comme d’hab je mange pendant les courses et pas avant sous peine de placer le popo de l’espace qui va bien.

S'ambiancer c'est gainé

Ça y est c'est le Marathon Gainé de Paris Julien Add-One Noémie Devillecourt Margaux Hey Cam DubLeipp Emir Belkahia Carole Amargé Sylvain BassementLove Run Plank

Publié par Yoann Lapin Gainé sur samedi 8 avril 2017

Comme prévu on est dans le SAS 4h avec les copains. On avait RDV devant le HSBC des Champs pour une photo d’amour <3 et pour mettre nos smartphones, caméras en route. On a mis l’ambiance dans la queue menant à l’entrée du SAS qui fut longue. Le départ s’est lancé sans qu’on s’en rende compte LOL. Entre les I want to pi de chacun, on a finit par partir à l’arrache ! On se cale à un petit rythme de 6’30 au début qui finira à 5 et des bananes pour moi.

Marathon gainé de Paris 2017

C'est le départ ! On va courir Gainé ! Schneider Electric Marathon de ParisLove Run Plank

Publié par Yoann Lapin Gainé sur dimanche 9 avril 2017

Mes jambes étaient lourdes comme des poteaux d’éclairage publiques après ces 3 jours de Salon éprouvant. Bref, on s’en claque, 34km de fêtes avec Charles, Djodei et les autres, c’était très fun j’ai adoré les échanges de rires, de sourires, de tapes sur l’épaule qui motivent. Je le redis car je kiffe, on a crié c’est la jojo c’est jojo allez allez par 2 fois en croisant les sapeurs du coeur. Leur handi balançait de la flotte avec sa mini lance à incendie. J’ai entendu le caporal dire arrête y’en aura plus, on est déjà à la moitié. Les ravitos étaient épiques, la course à la flotte était plus importante que le reste 😀 La chaleur a eu raison de tout le monde. Rien avoir avec Bordeaux. Comme je le disais plus 34km avec les potes et après j’ai fini solo car je m’en suis mis une pour vérifier ma forme. Bon bon au final, le marathon ça tabasse quand même. j’ai eu les quadri en feux pendant 2 jours. La Cryo “Merci Antoine&Ju”, l’automassage, le massage classic ont fait le taf. Le lendemain, je faisais du roller, je marchais normalement et le surlendemain je courais, donc ça c’est top. Mon objectif était de kiffer pour ne pas me dégoûter de la distance. Bah on peut dire que c’est fait !

Balade Marathonienne gainée en 4h13

Ça y est c'est fini !Bravo à tous j'ai surkiffé Schneider Electric Marathon de ParisLove Run Plank Merci 😊 aux bénévoles Sylvain Bassement Margaux Hey Clément Berger Julien Add-One Michael Kyle je t'aime <3

Publié par Yoann Lapin Gainé sur dimanche 9 avril 2017

Bravo à tous vous avez assuré comme des chefs ! Margaux, Syl, Sonia, Jess, Cam, Fran alias Bambinator, Charley, Cécile et tous ceux qui étaient, mes respects !!!

Quand on court pour sa maman, on oublie tout ! Je pense que Charley confirme.

marathon gainé

LOVE RUN PLANK


Suivez-moi sur
Strava